Pourquoi moins dormir vous empêche de perdre du gras!

Alors, vous vous entraînez de 4 à 5 fois par semaine, suivez un plan alimentaire rigoureux et prenez des suppléments de qualité? Vous progressez, mais votre corps de rêve vous semble toujours HORS D’ATTEINTE? Savez-vous ce qui peut réellement RALENTIR ou dans certains cas, INHIBER  votre progression? Ne pas dormir suffisamment ou du moins ne pas atteindre un niveau de sommeil de qualité.

Effectivement, si vous ne consacrez pas suffisamment d’heures par nuit à dormir, vous pourriez sérieusement affecter votre capacité à vous débarrassez de ces livres en trop. Le lien le plus frappant entre le sommeil et la perte de gras est l’effet sur votre sensibilité à l’insuline (apprenez-en plus sur la sensibilité à l’insuline dans cet article).

Effectivement, ne pas dormir suffisamment aurait comme impact une augmentation de la relâche d’insuline dans votre système sanguin et contribuerait à augmenter votre tendance à accumuler du gras plus facilement en storant l’énergie dans vos cellules graisseuses.

De plus, votre récupération influencera votre capacité à bâtir de la masse musculaire, qui nous le savons, permet à votre corps de consommer plus d’énergie (brûler plus de calories) et ce même au repos, donc de brûler plus facilement plus de graisses. La récupération est essentielle aux muscles afin que ceux-ci puissent se régénérer et grossir. En ne faisant pas de votre sommeil une priorité, vous réduisez votre capacité à prendre du muscle, à gagner en force et à perdre du gras, peu importe l’intensité de vos entraînement au gym.

Au final, comment se déroulent vos entraînement le lendemain d’une courte de nuit de sommeil? Il y a fort à parier que l’intensité n’y est pas. Je peux également vous garantir que vous ne fracasserez pas de record personnel au bench press ni au squat cette journée-là. Sans parler du manque de concentration et de motivation que vous expérimenterez.  Comme je le répète à mes clients, entraînez-vous avec votre 100%, comme s’il s’agissait de votre dernière séance à vie; vous devez pouvoir fournir votre maximum d’intensité.

Pour ajouter aux conséquences physiologiques, en allant au lit plus tard, il y a de fortes chances que vous vous retrouviez à errer dans la cuisine et que les fringales nocturnes soient de la partie…

Encore une fois, les changements drastiques sont à proscrire: si vous êtes accoutumés de dormir un maigre 5 heures par nuit, ne tentez pas de renverser la vapeur et d’atteindre un ambitieux 8 heures par nuit du jour au lendemain. Couchez-vous de 15 à 30 minutes plus tôt que votre heure habituelle chaque jour et progressez vers un nombre d’heures décent de sommeil.
Ne sabotez pas vos résultats, dormez!

Anne-Marie Gobeil