"J'arrête pas de tricher "

guillaume-bolduc-209298-unsplash.jpg

Est-ce que ça t'arrive de te parler à toi-même?

Moi, je l'ai toujours fait, genre carrément à voix haute. Ma mère m'a toujours dit que ça faisait de l'ordre dans sa vie de se parler à soi-même, t'sais, d'avoir l'impression de te donner toi-même des conseils comme si tu savais un peu mieux ce que tu faisais (believe, just believe!) Il n'y a pas de honte à le faire, même si on a l'air semi-folle quand on le fais aisément en public, dans notre voiture ou bien devant notre copain (le pauvre, témoin de tous nos tourments !) Reste que...ça marche ! Toi aussi tu le fais ? Bon, c'est excellent, parce que tant qu'à être entre nous, j'ai envie qu'on parle de ce qui se passe PAR CONTRE quand on se parle à soi-même pour se donner des problèmes plutôt que des solutions.

S'il y a bien une phrase que j'entends souvent c'est : "C'est difficile de manger santé!" 

Bien, oui, ça l'est. Surtout si tu n'arrêtes pas de te CONVAINCRE que ça l'est.

Plus tu te le répètes, plus tu t'en plains, plus tu le prononce ces mots à voix haute, plus tu renforces le sentiment de DIFFICULTÉ. La réalité, c'est que plus tu t'imagines que c'est impossible pour toi de bien manger, plus ça le devient.  

Je le sais, parce que je n'ai pas toujours été une de ces Samouraï du monde du fitness , je suis de nature relativement (beaucoup) épicurienne. J'aime manger. J'aime VRAIMENT ça. Je me souviens de mes (nombreuses) soirées à boire du vin à l'époque de mon entrée au cégep, de mes tablettes de chocolat TOUS les soirs en regardant des films.

Je me rappelle ENCORE la toute première semaine de mon tout premier vrai plan alimentaire. J'avais faim, mal à la tête, et j'étais littéralement prise de panique. Je trouvais ça TELLEMENT mais tellement difficile. "Seigneur, comment je vais y arriver ?", je pensais. Le changement est difficile. Sauf que sans changement...bien, il n'y en a PAS de changement. Je sais maintenant que c'était des réactions totalement NORMALES. Des choses qui se produisent quand on sèvre notre corps de tout ce sucre et ces produits transformés. C'est normal de se sentir déstabiliser. Dès que tu ACCEPTES de te sentir inconfortable, dès que tu cesses de trouver des RAISONS d'échouer comme :"Je n'ai pas le temps de cuisiner" "Ma famille mange du dessert après le souper" "Je suis stressée, je mange pour me détendre" , dès que tu changes ton attitude, tu change tes résultats. 

"Plus facile à dire qu'à faire, Anne-Marie !"

Je sais. Mais continue à lire, je veux t'aider.

"Je me sens restreinte par mon plan alimentaire, je ne peux pas m'empêcher de tricher...c'est plus fort que moi!" 

Ce cas est bien différent. C'est effectivement plus fort que toi car si tes calories sont trop basses ou bien que tu ne manges pas du tout de glucides par peur de prendre du gras, ton corps risque de ne pas de vouloir se contenter d'aussi peu d'énergie. Il va se mettre en mode "famine" assez rapidement, merci. Ça veut dire qu'il ralentira ton métabolisme, diminuera ta production de leptine, augmentera ta production de cortisol (pas bon!) et de ghréline (en bref, l'hormone qui a le pouvoir de "créer" le sentiment de faim et de déclencher des rages de sucre), tout ça dans l'objectif de te POUSSER à tricher. Ton corps veut simplement survivre, avoir un maximum de réserves de graisses juste "au cas où". Il s'en fiche éperdument que tu ailles un ventre plat et de jolies cuisses !

Vouloir en faire TROP, couper TROP et TROP tôt, c'est se TIER DANS LE PIED, les filles. Tu peux savoir si tu es de celles qui sont trop strictes dnas leur alimentation si tu as tendance à laisser les "petits" écarts se transformer en mauvaise journée, mauvaise semaine, mauvais mois. Si tu perds facilement le contrôle et que tu ne semble plus pouvoir t'arrêter, ce n'est peut-être pas juste une question de ne pas avoir assez de vouloir. C'est probablement juste ton corps qui veut attirer ton attention, qui a besoin d'aide.

De la fille qui suis son plan plus flexible à 90% pendant 6 mois versus la filles qui suis une "diète" stricte à 50% durant deux semaines, qui aura le plus de résultats selon vous ? Apprendre comment manger, pourquoi tu manges et comprendre que tu dois NOURRIR ton corps et pas l'affamer est le PREMIER bon pas dans la bonne direction. Bye rages. Bonjour équilibre. Si tu as besoin de conseils là-dessus, chez Barbelle, en coaching, c'est ce qu'on enseigne à nos filles !

Par dessus tout, je veux que tu comprennes que si tu es souvent poter à "tricher" il y a une raison pour laquelle tu le fait. Et s'il y a une CAUSE, il y a AUSSI une SOLUTION. Souvent, on blâme des facteurs extérieurs, mais quand tu triches, tu sais que c'est toi qui prends le bicsuit et qui le porte à ta bouche. Personne ne te force à le faire. Par conséquent, tu te DOIS d'analyser ton état d'esprit quand tu es sur le point de flancher. 

Es-tu anxieuse, triste, déprimée, ennuyée, joyeuse ? Pourquoi sens-tu que la nourriture va te faire du bien? Peux-tu t'occuper autrement ? Et surtout, essaie d'imagine comment tu vas te SENTIR après ? Est-ce que ça va valoir la peine ou bien tu risques de te sentir coupable et ENCORE PLUS anxieuse/triste/déprimée ? Est-ce que ça en vaut la peine ? Tu crois "tricher" sur ton plan alimentaire, mais en réalité, tu triches sur toi...

Au final, ce n'est pas vraiment une question de calories. La "meilleure diète" ça existe autant que la Fée des dents. Les rages, elles vont toujours être là...Mais, l'erreur majeure que 99% des gens vont faire, c'est d'entraîner seulement leur corps et pas assez leur tête. 

 

Barbelle -xo.png