Trop fatiguée pour t'entraîner? Lis ÇA.

Être trop fatiguée pour s'entraîner, je sais ce que c'est.

Ne pas dormir assez, être grippée ou super stressée, ça arrive une fois de temps en temps, c'est circonstanciel et on s'en remet rapidement en allant à la source du problème, soit en se donnant le droit de se reposer.
Être physiquement fatiguée, ça affecte définitivement notre corps, notre énergie et par conséquent, la qualité de nos entraînements ainsi que notre niveau de motivation. 

Mais comme j'ai dit plus haut, ça passe et on en rebondi. 

Je sais aussi ce que c'est que d'être constamment "fatiguée" mais à un autre degré. De ne pas être enthousiaste quant à l'idée d'aller m'imposer un entraînement rigoureux à la fin d'une grosse journée. De sacrer en enfilant mes leggings et un top de sport dans le noir au réveil pour me diriger illico vers le gym. J'ai déjà pleuré au gym, aussi. Mais, tout ça, quand ça se pointe le bout du nez, je n'ai pas de pitié pour mes excuses et je ne me permet pas de m'apitoyer sur mon sort.

En fait, je pense que beaucoup de gens confondent fatigue physique et fatigue psychologique. Je crois aussi que beaucoup de ces personnes s'écoutent trop, aussi. 

becca-matimba-284905.jpg

Si chaque soir ou chaque matin c'est : "Je suis trop fatiguée pour aller au gym. Ça ne me motive pas."  c'est comme dire que tu as faim la bouche-pleine. Le manque de motivation ne vient pas toujours de ton corps, il vient souvent de ta tête. Tu n'es pas trop fatiguée pour t'entraîner, tu n'es juste pas assez inspirée. L'épuisement mental se produit quand tu n'as pas la flamme pour ce que tu fais. Mais, la partie délicate de l'équation, c'est que la flamme, elle, naît quand tu tu l'allumes. Ce brasier-là ne ne prendra pas vie tout seul; ça doit être toi qui fend le bois pour l'alimenter et qui y mets feu pour pouvoir y trouver chaleur et lumière par après. 

C'est drôle, parce que les soirs où on dit non au gym, on dit facilement oui à rester plantée devant une série télé jusqu'à minuit. En bout de ligne, c'est une question de choix, une question de priorités. C'est correct si t'entraîner ne fais pas partie de ta liste, mais tu n'es pas en droit de te plaindre de l'absence de résultats ou d'une estime de toi amochée si tu ne prend pas action pour changer ce qui t'empêche de changer. Personne d'autre ne va le faire pour toi.

Être inspirée par son entraînement c'est tellement simple! Ça sonne quétaine à l'os, mais tu dois juste AIMER ce que tu fais. Littéralement ! Mais pourquoi est-ce dont si compliqué alors de tomber en amour avec notre coeur qui bat la chamade et notre visage reluisant de sueur, alors? 

Je crois sincèrement qu'on se met trop de pression et qu'on se stresse de la mauvaise façon. On se soumet à x plan d'entraînement même en sachant qu'on déteste ce qu'on fait parce qu'on pense que plus on souffre, mieux sont nos résultats. Euh, FAUX. Ça me rappelle le temps (il y a fort fort longtemps) où je m'imposais d'aller courir durant 20 minutes tous les soirs. C'était JUSTE 20 minutes, mais c'était les plus longues et pénibles 20 minutes de toute ma journée. Je les redoutais et nul besoin de te dire qu'elle n'ont pas fait long feu dans ma routine d'entraînement. 

Au lieu de t'imposer la discipline de suivre un protocole d'entraînement qui t'ennuie au plus haut point, il te faudrait utiliser cette discipline envers une technique que tu aimeras. Musculation, Crossfit, Powerlifting, Spinning, Zumba, Tennis...on s'en fiche ! Fais ce qui te plaît, mais fais-le à FOND. Fais-le sérieusement. Fais-le avec passion. Au final, tu vas rapidement constater tes niveaux d'énergie et de motivation augmenter en flèche. C'est pas sorcier; soit inspirée, c'est tout. 

Barbelle -xo.png