Lettre ouverte à ma balance

 

Parce que je sais depuis toute petite qu'on se sent mieux après avoir mis nos tourments sur papier, voici, pour toi chère balance, une dédicace très spéciale. 

Chère Balance,

J'ai toujours eu envie de passer du temps intime avec toi, à l'abris des regards. À chaque visite matinale à la salle de bain, une envie crépitait en moi. Je devais lutter pour ne pas m'y laisser aller.

"Balance, oh ma chère balance, dis-moi qui est la plus belle?"  me dis-je en dedans, à la façon dont la sorcière dans Blanche-Neige et les sept nains le ferait. Parce que devoir se peser pour se faire valider sa beauté, c'est une chose très laide et qui a tout de vilain.  

Mais, tu ne m'as jamais rien donné. Pas un seul mot d'encouragement ou de réconfort. Tu m'as demandé de me mettre à nu et de te laisser dicter mon estime de moi et tout ce que tu as su me donner, c'est un simple et grossier chiffre. Tu ne m'as jamais dit que j'étais belle, forte, audacieuse, créative ou intelligente. Tu ne m'as jamais laissé savoir que j'avais plein tout plein de talents ni que j'avais le pouvoir de me fabriquer un futur reluisant avec ceux-ci.

Au fait, je suis certaine que tu ne connais même pas mon nom. Mais, tu connais mon poids.

Avec toi, chère balance, j'ai partagé toute une gamme de sentiments qui, pourtant devraient être strictement réservés aux être animés. Chancelant entre la honte, le désespoir, la frustration et un court épisode de fierté, tes hauts et tes bas m'ont fait tourbillonné comme si j'étais à bord d'un wagon d'une montagne russe qui fait des boucles sans fin. C'est un peu comme un mauvais rêve, mais plus je me pince, plus je me rend compte que c'est vrai : tu cherches à polluer mon esprit et à envahir ma vie. 

Mais, chère balance, j'en ai assez de toi. Tu ne sais pas comment ne pas me détruire et je te soupçonne même d'y prendre un malin plaisir. 

Comment peux-tu laisser une fille de 14 ans se trouver laide en dedans juste parce que son poids passe la barre des 100 ? 

Comment peux-tu insister, qu'une jeune femme dans la vingtaine, ne se sente pas à la hauteur tant et aussi longtemps que tu n'affichera pas sur ton écran son chiffre minceur?

Comment peux-tu penser que tu es en droit de dire aux nouvelle mamans que pour se sentir désirables et femme à nouveau, elle doivent retrouver leur poids d'antan? 

Comment peux-tu trouver le culot de faire croire aux femmes dans la quarantaine en montant qu'elles ont perdu le droit de se sentir vives et belles quand les kilos s'accumulent plus facilement?

Aujourd'hui, j'ai décidé, chère balance, je ne veux pas de toi en fait.

Chère balance, j'ai envie de te dire que je me balance de toi, oh si tu savais ! Au fait, si nos chemins venaient à ne plus jamais se croiser, je n'en serais même pas amer. Même si tu n'es qu'un banal outil de mesure, tu obtiens une autorité démesurée dans ce monde et ça, ça cause plus de tort que de bien. Je n'ai plus envie que tu me dicte mon humeur ou que tu découpes mon estime de moi en petits morceaux en riant ; je n'ai pas besoin de toi, et j'espère que tu comprendras.

Meilleurs souhaits (ou pas),

Barbelle -xo-2.png