Les 6 erreurs les plus courantes qu'on fait quand nos résultats stagnent

1- Suivre trop longtemps les mêmes méthodes

Plus souvent qu'autrement, quand une femme nous approche en cyber-coaching parce qu'elle veut briser un plateau ou bien obtenir les changements pour lesquels elle travaille fort au gym, moi et Kim nous rendons compte que souvent, ça fait 3, 4, 6 mois que notre future cliente en question suit le même genre d'entraînement. 

Le corps humain a un super-pouvoir : l'adaptation.

C'est incroyable si on veut réussir à s'adapter pour vivre dans la jungle, dans le désert ou bien dans des climats froids, mais si on veut fracasser notre record personnel au squat ou bien prendre du muscle et/ou perdre du gras, ce n'est pas nécessairement un atout pour nos objectifs. Plutôt que d'employer le célèbre adage "Pourquoi changer une formule gagnante?" , on va scander "Oui au changement!" 

Parce que oui, pour PRODUIRE du changement, il te faut INTÉGRER du changement. Ça inclus de diversifier ton programme d'entraînement, les exercices que tu fais, les tempos que tu utilises, tes temps de repos, le volume (somme du nombre de séries et d'exercices).
Selon ton niveau la fréquence de changement va varier :

Débutante (moins de 3 moins d'entraînement) - Varie ton approche aux 6-8 semaines
Intermédiaire (moins d'un an d'entraînement) - Varie ton approche aux 4 à 6 semaines
Avancée (1 à 3 ans d'entraînement) - Varie ton approche aux 3-4 semaines
Athlète ( + 5 ans d'expérience et d'assiduité) - Varie ton approche chaque semaine

2- Ne pas suivre assez longtemps un plan de match

Dans la même lignée d'idée, ne pas être apte à se donner ASSEZ de temps pour que notre corps réagisse à un programme d'entraînement n'est pas mieux et peut définitivement faire stagner tes résultats. Alors que le corps à la capacité à s'adapter rapidement, le facteur de progrès principal est ta constance. Le corps demande tout de même un certain facteur de répétition de certains exercices et techniques avant de pouvoir progresser, s'améliorer, changer. 

3- Ne pas accorder assez de jours de repos à notre corps

Trop, c'est comme pas assez, surtout en entraînement. Ton corps n, est pas une machine. Plus tu lui en demande, plus il doit récupérer. Le problème avec la vie moderne, c'est que se reposer est de plus en plus difficile. Entre les études, le travail, le couple, la marmaille et le sport, c'est un véritable défi pour beaucoup de gens de scorer 8 solides heures de sommeil profond et récupérateur chaque soir (moi incluse).  Le hic, c'est que si tu t'entraînes FORT sans te repose assez, tu vas régresser au lieu de progresser. Vive le cortisol, cette hormone liée au stress dans le corps qui envoie comme signal à ton organisme de storer plus de graisses et de bâtir moins de muscles. Pour savoir comment contrer le cortisol, lis ce blogue. 

4- Ne se fier qu'à la balance pour juger de nos progrès

La balance, on s'en balance ! 

Pourquoi? 

Parce que c'est totalement POSSIBLE de prendre du poids tout en perdant du gras. Ou bien de changer complètement sa composition corporelle en ne perdant que quelques grammes. Le poids ne prend pas en considération ta masse musculaire NI ton taux de gras NI tes performances NI ton niveau d'énergie et encore MOINS ton niveau de santé global. Se fier uniquement à la balance, c'est s'induire en erreur. 

5- Ne pas avoir assez de données de comparaison

Dans le même spectre, si tu n'as aucune donnée de progression autre que ton poids, tu risques de penser que tu stagnes alors que ça pourrait très bien ne pas être le cas. 

Je peux t'assurer que si tu prends la peine de te photographier à ton jour #1, ton jour #30 et ton jour #90, tu vas voir du progrès. Il en va de même pour tes charges! Si tu prends la peine de tenir un petit journal de tes poids utilisés pour chacun de tes exercices que tu fais, dans 6 mois, tu vas faire le comparatif et être absolument ébahie par ta prise de force! 

Ce n'est pas sorcier, donne-toi les MOYENS de voir ta progression s'opérer sous tes yeux.

6- Ne jamais sortir de sa zone de confort

Tu sais que j'en parle tout le temps et c'est parce que c'est à ce point important. Sortir de sa zone de confort, ce n'est pas faire 15 répétitions juste parce que c'est écrit dans ton programme. C'est faire les 15 MEILLEURES répétitions que tu pouvais humainement faire. Sortir de sa zone de confort, c'est accepter qu'on seras inconfortable pour une durée de temps x. C'est accepter que ça va enflammer tes poumons de faire du cardio HIIT et que ça risque probablement de faire trembler tes jambes de faire autant de lunges. C'est correct ; ton corps est capable d'encaisser les coups. C'est ta tête que tu dois convaincre et amener à ce niveau. 

Barbelle -xo.png