Hypersexualisation du fitness : et si j'osais en parler?

Attention : Ce blogue d'opinion contient du langage simili-sensible-et-ou-expéditif qui pourrait t'offenser ou te faire rigoler. À voir.


Suis-je la seule qui ne sois pas motivée par une paire de fesses huilées? Je veux dire, le phénomène de la perversion du milieu du fitness sur les réseaux sociaux a atteint de nouveaux sommets dernièrement. 

À son apogée, le virus infecte des jeunes femmes qui se s'illustrent en string dans une position de deadlift (laisse-moi te dire que si tu forces vraiment, tu n'as pas du tout envie de te retrouver quasi-nue dans cette position compromettante!) en promouvant fièrement que toi aussi tu peux changer ton apparence et leur ressembler en achetant leur programme. 

J'aime employer le mot BULLSH*T pour catégoriser ce genre de chose. Je consens que c'est ton peu agressif, mais si je suis honnête, c'est aussi le premier mot qui me vient en tête. Ben quoi, ça me fais bouillir qu'on en soit rendues là. Ça me fais rager d'avoir l'impression que c'est le nouveau standard auxquelles les femmes vont invariablement se sentir obligées de se plier.

Aller, c'est évident que quand mélange l'entraînement et le sexe, ça plonge les femmes dans la confusion. 

Je crois qu'au fond, la vraie question est pourquoi est-ce qu'une femme qui est désireuse de s'entraîner doit (ENCORE ET TOUJOURS) avoir l'impression qu'elle doit le faire pour être sexy et attirante?

Pourquoi est-ce que je ne pourrais pas avoir, par pur hasard, une raison DIFFÉRENTE de vouloir m'entraîner que celle de devenir une bombe sexuelle pour le sexe opposé ?!
Dans le style de me sentir comme une athlète et de me surpasser? Dans le genre de repousser mes limites et devenir forte ? Non ? 

Je suis outrée et contrariée, vraiment. J'ai l'impression d'être dans un jeu vidéo et de me battre contre un monstre qui ne cesse de prendre de l'ampleur alors que j'épuise mes munitions. Ça va me prendre votre aide les filles, si vous croyez vous aussi en une représentation de la femme qui nous fait justice. 

Être féminine ça ne veut pas dire être sensuelle. Et je suis de celles qui croient que le corps d'une femme est magnifique ; mais il y a des façons de l'honorer comme il y a aussi des façons de le dépeindre qui manque de classe et de respect. Surtout, il y a des associations qui ne sont pas nécessaire de faire : comme celle de jumeler joyeusement athlétisme et sexe.

Ça va me prendre votre soutient, gang. Ensemble en 2018, on peut décider de ce qu'on veut et de ce qu'on ne veut pas se faire montrer. On a le pouvoir de voter pour les gens qui peuvent parler pour nous représenter de de ceux qui devraient s'abstenir de nous dicter à quoi on devrait ressembler et ne pas ressembler.

J'ai comme la vague impression qu'on est à la croisée des chemins. Qu'on a l'opportunité de débuter une conversation plus ouverte, vraie et authentique que jamais. Et si on utilisait ce blog pour amorcer nos discussions ensemble. Pourquoi on ne dirait pas, ici même, ce qui NOUS frustre, nous rend confuse ou bien nous embarrasse. Moi je viens de le faire, et j'y vois plus clair. Je comprends mieux ce que je VEUX faire et ce que je VEUX dégager.

Je veux PERSONNELLEMENT que chaque femme se sente MIEUX, qu'elle se sente écoutée et comprise en me lisant ou en m'écoutant. Je veux tout simplement que toutes les femmes se sentent fortes et importantes. Pas qu'elles se sentent comme si quelque chose avait besoin d'être corrigé ou changé pour qu'elles puisse être une histoire de succès. 

Barbelle -xo.png