10 "struggles" que toutes les sportives qui possèdent une forte poitrine comprendront

wild-away-589642-unsplash.jpg

J'ai toujours eu une poitrine naturellement volumptueuse. Durant mon adolescence, alors que plusieurs filles s'en disaient envieuses, moi, elle me rendait tout simplement inconfortable, voir gênante. Passer de se faire taquiner par les garçons qui te hurlent "planche de bois" du haut de leur vélo BMX à une taille 36D en une fraction de temps, gracieuseté de la puberté, c'était déstabilisant. 

Parce que toutes les filles à forte poitrine son bien trop familières avec les regards indiscrets et les commentaires pervers, elles savent qu'elles sont condamnées à "cacher" leurs atouts sous faute de quoi elles risquent d'en subir les conséquences. Je n'ai pas assez de doigts, d'orteils ou de cheveux pour compter les fois où j'ai du me défendre de vouloir "attirer l'attention" juste parce que mes seins sont ce qu'ils sont : LÀ. Sérieusement, ils ne sont pas attachés avec du velcro. Je ne peux pas tout simplement les retirer questions de ne pas risquer d'offusquer personne.

Quand j'ai commencé à m'entraîner, je n'étais définitivement pas de celles qui ont pleuré la réduction de la taille de leur bonnet (parce que oui, le sein est majoritairement composé de tissu graisseux, et quand tu diminue ton taux de gras, le volume de ton sein va inévitablement réduire). Je me disais qu'ENFIN je pourrai porter une encolure basse sans qu'on pense que j'étais avide d'attention masculine ou que je faisais "mauvais goût"  - et tu sais, en y repensant bien, je trouve à présent ça plutôt ridicule. En quoi un sein est si SEXUEL et malaisant que ça que les femmes devraient absolument sentir qu'elles ont besoin de cacher, contenir, censurer quelque chose qui fait partie de leur corps. Bref. - 

Mais, mes seins étaient toujours LÀ (à ma grande surprise, ils n'avaient pas été décimés par l'entraînement). Encore relativement volumineux et définitivement pas prêts de cesser de se déplacer dans mes tops de sports ou bien d'arrêter de remonter, gigoter et rebondir à chaque mouvement. Comme quoi, on ne se sauve pas de sa génétique!

Oh well, il faut mieux prendre la chose avec un grain de sel ! Question de rigoler un peu voici tu 10 situations que tu pourras totalement comprendre si tu es une sportive à forte poitrine : 


1. Tu voudrais tant porter des tops de sports délicats et mignons comme ceux vendus chez Lululemon (tu vois que j'ai passé beaucoup de temps à rêvasser dans un Lulu) mais tu sais que c'est carrément une opération kamikaze que tu regretteras dès ton premier jumping jack.


2. Courir avec ces girls-là = ouch !


3. Tu dois méticuleusement planifier chacun de tes ensemble d'entraînement en fonction des exercices que tu feras. Par exemple, tu as un top de sport dédié au cardio, un autre pour quand tu fais des push-up, un pour quand tu prévois te coucher sur le dos...et ainsi de suite. 


4. Depuis que c'est à la mode, tout ce que tu achètes, ce sont des camisoles de sport à encolure hautes. #BestTrendEver


5. Au gym, tu évites À TOUT PRIX d'établir un eye-contact avec QUICONQUE et ce en TOUT TEMPS.


6. Au gym, tu es verte d'envie devant les filles aux poitrines plus minimalistes qui peuvent sauter et bouger sans aucune gêne. La belle vie, quoi !


7. Tu dois CONSTAMMENT réajuster ta poitrine dans tes vêtements pour prévenir l'inconfort ultime et/ou les wardrobe malfunction.


8. Les fameux mouvements qui mettront à l'épreuve ton haut de sport à tout coup aka les burpees et la corde à sauter te font toujours un peu grincer des dents.  


9. Quand tu sens les girls "applaudir" (oui, tu sais de quoi je parle), tu espères très très fort que personne d'autre n'a remarqué. 


10. Réussir à retirer une brassière de sport détrempée de sueurs est la partie la plus difficile et libératrice de tout l'entraînement.


Barbelle -xo.png