Ce que j'ai réalisé en étant forcée d'arrêter l'entraînement durant 4 mois #MoisDiversitéBarbelle

i-yunmai-617613-unsplash.jpg

Il y a 4 mois, je perdais mes repères. Je devais prendre un repos forcé de travail et d’entraînement dû à un problème majeur à mon genou.

Mon médecin, un peu alarmiste, laisse tomber sa lourde prescription : marcher le moins possible, me déplacer avec des béquilles, beaucoup de glace sur mon genou, des séances de physiothérapie à l’infini, reposer mon corps et, le plus l’important selon lui, une bonne dose de Netflix pour combler l’ennui.

Son parfait conseil pour me mettre dans l’ambiance des fêtes : “Tu demanderas à quelqu’un d’aller magasiner tes cadeaux de Noël à ta place et c’est le moment pour écouter toutes tes séries sur Netflix."

Netflix, Eat & Sleep. All day. Everyday. (NB : ce blog n’est pas commandité par Netflix lol)

On pourrait croire qu’il venait de me prescrire le bonheur. On s’est tous dit à nous-mêmes en un certain lundi matin : “Oh, comme je prendrais dont un mois de congé du travail et d’entraînement. T'sais pour vraiment décompresser. Pour vrai de vrai.”

5 mois sans travailler. 5 mois sans pouvoir m’entraîner normalement, bouger comme à l’habitude et être condamnée à passer une grande partie de mon temps à penser à mon genou et à ma réhabilitation (qui ne va jamais assez vite à notre goût). 5 mois isolée en hiver, chez moi.

Ce n’est pas la fin du monde, il y a des maux et des problèmes beaucoup plus graves dans ce monde, mais ça m’a forcé à avoir d’importantes réflexions.

T'es-tu déja demandé :
Qui suis-je comme individu sans mon travail?
Qui suis-je sans entraînement, focus sur mon paraître, mon besoin de bouger?
Que resterait-il dans ma vie et comme passe-temps si Internet, les cellulaires et les médias sociaux n’existaient plus du jour au lendemain?
Suis-je bien avec moi-même quand c’est silence radio et que je dois me connecter ...avec moi-même ?
Prendre du temps pour moi et prendre soin de moi?
Qu’est-ce qui me fait grandir et me permet de m’épanouir?
Sans compter mon travail, les réseaux sociaux et l’entraînement.
Qui suis-je à l’extérieur de tout ça?


De nos jours, ce sont des éléments-clés dans notre bien-être, mais qu’arrive-il la journée où on nous les enlève ?

Actuellement, j’ai une couche de « dodu » en plus sur le corps, une perspective de la santé mentale et physique qui est maintenant différente et beaucoup de respect pour ceux et celles qui ont déjà vécu ce genre de situation. 

Faire de l’activité physique, c’est une célébration de ce que notre corps peut accomplir, pas une punition. Notre travail ne peut pas toujours être parfait mais on devrait le choisir parfois en nous regardant dans le miroir. Choisir un travail qui nous ressemble et qui nous rend fier, bien et respecté. eLes réseaux sociaux devraient nous permettre d’être inspirée et non de nous créer un sentiment de solitude que 70 % de ton Instagram n’a pas l’air de vivre.

Être mise au repos forcé m'a fait réalisé qu'on ne devrait pas prendre notre vie, notre santé, notre emploi ou même notre propre autonomie pour acquis. La vie nous joue parfois des tours mais ce n’est jamais sans raison. Je retrouve tranquillement un certain côté de ce que j’avais perdu momentanément et c’est une nouvelle aventure.

Tu es forte et vulnérable et c’est ce que je t’encourage à célébrer chaque jour.

Peace. 
#laptitepenséedelasemaine

image2-2.jpeg

Émilie Potvin

@emileesunshine

Barbelle -xo.png